Accueil»À la une»11 NOVEMBRE 2018

11 NOVEMBRE 2018

0
Partages
Pinterest Google+

LE FORUM MONDIAL DE LA PAIX

A-T-IL DISSIPE LES DIFFERENTS ENTRE LES NATIONS ?

 

A l’occasion des cérémonies du Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1978, 72 Dirigeants et Chefs d’Etats se sont retrouvés à Paris, le 11 novembre 2018, pour un « Forum mondial de la Paix ». Comment ne pas saluer un tel événement à l’heure où des soubresauts inquiétants agitent notre monde devenus multipolaire. Un monde multipolaire, cela signifie des zones d’influence sur lesquelles agissent des puissances régionales dans le but de défendre, leurs propres intérêts.

Dans ce monde multipolaire, qui est l’allié de qui ? La redistribution des cartes sur la scène internationale rend plus difficile la compréhension des questions de sécurité. Comment interpréter l’attitude de la Russie ? Celle de la Turquie ? Or, la Russie et la Turquie sont des alliés indispensables dans la lutte contre DAESH. Les centaines de combattants islamistes réfugiés dans le sud-est de la Libye sont sous la surveillance de Moscou et d’Ankara, ce qui explique l’accueil réservé à Erdogan le Président turc, lors de ce Forum sur la Paix.

Il est évident que la montée des nationalismes vient contredire le projet de coopération internationale en faveur de la Paix défendu par Macron. Moscou ne s’embarrasse guère de considérations diplomatiques. Poutine, de la Crimée à Donbass, en passant par la Syrie, privilégie l’action unilatérale, afin de défendre les intérêts de son pays. Erdogan reste nostalgique de la grandeur de l’Empire Ottoman et il semble de plus en plus hostile à l’Union Européenne et aux prétentions des Occidentaux. La Pologne de Jaroslaw Kaczinsky était absente, comme était absente la Hongrie de Viktor Orban. Les dirigeants de ces deux pays, qui s’appuient sur un nationalisme exacerbé, dénoncent l’ « européanisme » de Macron et refusent les règles de l’Union Européenne

Le Président américain, Donald Trump, a été contrarié par la déclaration d’Emmanuel Macron sur la nécessité de construire une défense européenne, afin de se protéger de la Russie, de la Chine et… des Etats-Unis, notre allié traditionnel. Pratiquant la diplomatie du tweet, Trump a dénoncé, dès sa descente de l’avion, dans un tweet rageur, cette méfiance de Macron à l’égard des Américains. Trump écrit dans son tweet : « Le Président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Très insultant, mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les Etats-Unis subventionnent largement ! »

Macron a eu tort d’exprimer une telle défiance à l’encontre de pays qui sont nos alliés dans la lutte contre l’islamisme radical. L’ennemi, aujourd’hui, est en effet cet islamisme radical qui instrumentalise une religion à des fins politiques. La montée en puissance de la Russie et de la Chine, en particulier dans le domaine militaire, rend à nouveau légitime la défense collective que représente l’OTAN. L’enjeu économique est, là aussi, très important : Macron ne veut pas augmenter le budget de la défense des pays européens pour acheter des armes américaines. Or, c’est ce que demande, implicitement, Trump.

Ce « Forum mondial de la Paix » du 11 novembre 2018 a eu le mérite d’exister. Macron voudrait le reconduire chaque année. C’est l’un des moyens qui peut aider à surmonter les différents entre les nations.

 

Marc Fraysse

Article précédent

Pour Christine Lagarde, patronne du FMI : « Les élites n'ont pas conscience de ce qui se passe »

Articles suivants

ETHIOPIE, ERYTHREE, RWANDA, GAMBIE