Accueil»International»AFRIQUE»DESENCLAVER L’AFRIQUE

DESENCLAVER L’AFRIQUE

0
Partages
Pinterest Google+
URGENCE ABSOLUE : METTRE A NIVEAU PORTS ET AEROPORTS POUR UNE OUVERTURE DE L’AFRIQUE SUR LE MONDE, ROUTES ET RÉSEAUX FERROVIAIRES POUR  UNE INTERCONNEXION ENTRE LES ETATS

L’Afrique, aujourd’hui, n’est plus un immense chaos. Les Etats-nations, pourtant encore jeunes, ont su consolider leur identité et faire naître un sentiment national, patriotique. L’urgence a été, et est toujours, pour chaque Chef d’Etat soucieux de préserver la souveraineté de son pays, de consolider politiquement et économiquement l’existence de l’Etat-nation. La réussite est au rendez-vous pour de nombreux pays africains qui connaissent une forte croissance parmi les meilleures du monde. 6 pays du Top 10 africain font partie de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), région qui connaît la plus forte croissance de tout le continent. Outre une bonne santé économique, ces pays ont en commun une certaine stabilité politique. Cette stabilité politique, on la retrouve en Afrique de l’Ouest, où, depuis l’accession au pouvoir d’Adama Barrow en Gambie, tous les Chefs d’Etats ont été élus démocratiquement. Le progrès économique en lien avec la stabilité politique permet d’envisager une plus grande ouverture de l’Afrique sur le monde et le désenclavement des pays qui n’ont pas accès à la mer. Cela passe par le développement des ports et des aéroports et interconnexion des Etats à l’échelle des sous-régions et du continent par les routes et le réseau ferré. Cette ouverture sur le monde et interconnexion des Etats permettront d’accélérer le développement de l’Afrique et de consolider sa croissance.

L’ouverture sur le monde : ports et aéroports

  • Les ports: On parle de l’Afrique comme d’un continent-île. Or, l’Afrique n’étant connectée aux autres continents que par la péninsule du Sinaï, ses échanges internationaux se font par voie maritime à plus de 90 %, avec trois grands bassins océaniques : le bassin méditerranéen, le bassin atlantique et le bassin indien. Le secteur portuaire est certes en plein développement, mais il est encore sous-dimensionné pour accompagner la dynamique économique du continent. Des investissements se font (50 milliards de dollars en Afrique subsaharienne), la croissance annuelle du trafic maritime est de 7 %, le volume des échanges a été multiplié par 4 ces 10 dernières années. Mais, l’Afrique ne représente que 2% du trafic conteneurisé mondial.

L’obstacle à lever, pour la modernisation des ports et leur mise aux normes internationales, est le coût des investissements nécessaires, ce qui nécessite l’intervention du secteur privé, des partenariats public-privé et des mises en concession.

Les aéroports : l’exemple de l’aéroport d’Abidjan. Alors qu’il est devenu le 3è aéroport d’Afrique de l’Ouest avec une croissance annuelle des trafics de 16 %, certaines de ses infrastructures restent sous-dimensionnées. Les financements apportés par l’Etat pour l’extension de l’aéroport (accueil, circulation et stationnement des avions) et de l’aérogare (accueil des passagers) sont insuffisants. Les soutiens financiers nécessaires viennent de la BOAD, de la BICICI et d’une filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, PROPARCO. Après un premier prêt accordé en 2012, PROPARCO vient d’allouer un second crédit, sur 11 ans, de 13 millions d’euros à la société AERIA, concessionnaire de la gestion de l’aéroport international FHB d’Abidjan.

AFRIQUE

 

Christian Gambotti

Agrégé de l’Université, Christian Gambotti est le Directeur général de la société Easy Concept For You, spécialisée dans l’accompagnement de projets innovants en Afrique. Il préside le think tank Afrique & Partage et dirige la collection L’Afrique en marche. Il est aussi chroniqueur dans de nombreux journaux.

Cette Tribune est publiée conjointement avec le quotidien ivoirien L’Intelligent d’Abidjan.

 

 

Article précédent

ELAN ENTREPRENEURIAL ET VOLONTE POLITIQUE EN AFRIQUE

Articles suivants

Observatoire de la sécurité des médecins : un nombre record d'incidents en 2017