Accueil»Les PME en région»Développement économique : Depuis Lyon Kady Issabré promeut «l’or blanc des femmes du Sahel »

Développement économique : Depuis Lyon Kady Issabré promeut «l’or blanc des femmes du Sahel »

2
Partages
Pinterest Google+

Depuis trente ans, la chef d’entreprise malienne Kady Issabré a fait le choix de Lyon pour assurer la distribution en France et en Europe de produits cosmétiques à base de karité. Sa société « Mam Ka » permet d’assurer l’emploi de 3.000 femmes maliennes dans leurs villages. Au-delà de l’enjeu économique de cette production de « beurre de karité », elle défend une reconnaissance de l’enjeu sociétal que représente «l’or blanc des femmes de Centre Sahel ».

« Nous avons formé des villageoises maliennes à récolter les graines de karité et obtenir le « beurre de karité » recherché en cosmétologie. Aujourd’hui ce sont près de 3.000 femmes qui peuvent par leur travail faire vivre leur famille, permettre à leurs enfants d’aller à l’école » précise Kady Issabré. L’intérêt pour ce produit utilisé en cosmétologie ne cesse de grandir en Europe aussi, en relation avec ses équipes couvrant l’ensemble du Mali, elle envisage de lancer un nouveau programme de formation pour toucher d’autres personnes.

Elargir les échanges commerciaux entre la France et le Mali

« C’est une démarche qui vise à développer une activité artisanale pérenne qui refuse toute industrialisation mais qui est un véritable facteur de développement économique pour mon pays. Je regrette que les autorités ne perçoivent pas assez les enjeux que représente cette activité agricole spécialisée » poursuit la chef d’entreprise malienne.

Depuis son siège, situé au cœur de la métropole lyonnaise, rue de la République, elle multiplie les interventions auprès des responsables économiques d’Auvergne-Rhône-Alpes pour élargir les échanges commerciaux entre la France et le Mali. Présidente de l’Union des CIDD (Clubs pour les Investissements et le Développement durable) africains, elle se fixe pour objectif de favoriser les partenariats entre entrepreneurs africains et français afin de créer des activités économiques pérennes en Afrique : « c’est une action de longue haleine mais je la crois essentielle pour permettre aux populations africaines de pouvoir vivre dans leurs villages, leurs villes et ne plus voir leurs enfants partir ».

Article précédent

Clusters 2020 : Vers des Hubs de croissance PME et Territoires

Articles suivants

Sécurité : La mortalité routière est en légère baisse de -1,4%.