Accueil»Economie»Développement économique: L’ambition lyonnaise d’une « métropole fabricante »

Développement économique: L’ambition lyonnaise d’une « métropole fabricante »

0
Partages
Pinterest Google+

 

 

   Le Président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, fait du développement économique la priorité de son action, en veillant à y ajouter la dimension de la durabilité. Il a présenté à la fin de l’année dernière, un projet de « campus de l’industrie du futur » qui témoigne de sa ligne de conduite.

   Sur le site dit de Bosch Diesel à Vénissieux d’une superficie de 11 hectares, la Métropole de Lyon veut réaliser une opération emblématique avec la création d’un site accueillant entreprises innovantes, startups. Les premières installations devraient opérationnelles dès 2018 ! Avec comme affirmation première que l’industrie du futur se trouve « au cœur de la stratégie économique métropolitaine », la collectivité territoriale veut témoigner de sa détermination à réussir son projet «Lyon, Métropole Fabricante ».

Son activité industrielle est restée solide et représente toujours 17% de l’emploi salarié privé. Pour autant, il s’agit de ne pas rester immobile en cherchant à conforter l’attractivité de l’agglomération avec une offre d’accueil dans des sites dédiés à la production et la R&D.

« Pour relever cet enjeu, et en complément de l’appui apporté aux filières d’excellence de notre territoire des Cleantechs, du Numérique et des Sciences de la Vie, la Métropole doit devenir un territoire toujours plus attractif pour les projets industriels et accompagner plus fortement encore les entreprises industrielles du territoire » explique David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon. Il s’agit pour cela de s’appuyer sur les secteurs d’activité qui font la notoriété lyonnaise dans les domaines de la chimie, de l’environnement, du transport et de la mobilité, de l’énergie et des pharma-biotechnologies.

« Mettre en synergie des compétences au profit de l’industrialisation »

Aussi la reconversion économique du site de Vénissieux constitue une démarche exemplaire pour faire de ce lieu un centre confortant la dynamique locale. En partenariat avec le groupe Bosch, la métropole cherche à repenser la logique industrielle de cette zone depuis avril dernier. L’arrivée de la start-up boostHEAT a marqué le démarrage de cette opération ! Spécialiste des solutions de chauffage dans une logique de transition énergétique, l’entreprise est la parfaite expression de la dynamique des Cleantechs dans le territoire lyonnais.

Elle montre toute la logique du campus « industrie du futur » de favoriser le développement des entreprises innovantes à la phase de primo-industrialisation, puis à celle de la PME. L’enjeu de ce lieu est de « mettre en synergie des compétences au profit de l’industrialisation du site et faire de ce projet une vitrine du dynamisme et du savoir-faire lyonnais en matière d’industrie. »

La Métropole veut que Vénissieux devienne le territoire de l’industrie du futur » au même titre que le Biodistrict Lyon-Gerland est celui de la pharma -biotechs, la Vallée de la Chimie celle de l’industrie des Cleantechs.

 

 

Article précédent

Grand Paris : Le refus des 7 Présidents de Département

Articles suivants

Fonction publique territoriale : Baisse des effectifs (-7000 agents) en 2016 !