Accueil»À la une»Emmanuel Macron a-t-il eu raison de s’engager pour les éléctions européennes ?

Emmanuel Macron a-t-il eu raison de s’engager pour les éléctions européennes ?

0
Partages
Pinterest Google+

Personne ne peut reprocher à Emmanuel Macron de s’engager pour les élections européennes, pour deux raisons : 1) le projet européen est au coeur du projet que porte Macron pour la France 2) le RN représente, pour Macron, un danger pour l’économie, la démocratie et la République. Ne pas s’engager serait admettre deux choses : la France peut se passer de la force que représente l’Union européenne et le RN est un parti comme les autres. Les enquêtes d’opinion montre que le RN, même s’il est perçu comme un mouvement « ayant des idées racistes » et « dangereux pour notre économie », plus d’un tiers des Français (36% aujourd’hui contre 12 % en en 2011, 24 % en 2012 et 32 % en 2015) en ont une bonne opinion. Pour 56 % des Français, le RN doit être considéré comme un parti comme les autres, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et Le Figaro publié jeudi 16 mai. La dédiabolisation du RN semble réussie.

Macron a-t-il voulu réduire les élections européennes à ce duel LREM/RN ?

Les oppositions reprochent à Macron d’instrumentaliser les élections européennes, afin de réduire le débat politique à un affrontement entre LREM et le RN, préparant ainsi la prochaine échéance présidentielle. Cette analyse permet aux oppositions, de droite comme de gauche, de masquer leur faiblesse. Qui a installé durablement le FN dans le paysage politique français ? Macron est élu sur les décombres du vieux monde politique avec, en face de lui, un seul parti qui existe encore comme force d’opposition : le FN. Faut-il rappeler que Jean-Marie Le Pen est au second tour de l’élection présidentielle en 2002. Marine Le Pen sera candidate à la présidentielle de 2012 (elle arrive en troisième position au premier tour) ; en 2017, elle se qualifie pour le second tour. Est-ce l’actuel Président de la République qui a, depuis 2002, instrumentalisé le FN, favorisé sa progression dans les urnes ? Le RN est le seul parti qui est sorti à peu près indemne du grand « dégagisme » de 2017. Marine Le Pen, après s’être ridiculisée lors du débat avec Macron, reprend des couleurs. Jordan Bardella, qui multiplie les «fake news » et montre à chaque instant ses limites et ses lacunes, incarne pleinement ce dynamisme oratoire des figures de l’extrême droite. Marine Le Pen, Bardella et tous les porte-parole du RN martèlent avec force un discours sans fond, simpliste, violent et stigmatisant.

Les circonstances font que le seul mouvement politique en position de force en face de Macron, lors de ces élections européennes, est le RN, qui porte un projet et des valeurs diamétralement opposés au projet et aux valeurs que défend Macron. C’est donc contre la menace que représente le RN que Macron s’est engagé. La place du FN devenu RN n’est pas une surprise, sa progression, depuis des années, est constante.

Les convictions de Macron font qu’il ne pouvait pas ne pas s’engager contre le RN. Il ne s’agit pas simplement de sauver le « soldat Loiseau », médiocre tête de liste.

Christian Gambotti

Direction des études

Article précédent

EUROPE : Si nous avions écouté Philippe Séguin !

Articles suivants

Refonder l’Union européenne en s’appuyant sur les états-nations !