Accueil»Territoires»Engager la filière forêt-bois dans la bio-économie

Engager la filière forêt-bois dans la bio-économie

0
Partages
Pinterest Google+

 


Faire des JO 2024, une vitrine du savoir-faire français dans le domaine de la construction en bois, telle la perspective d’action du ministère de l’agriculture et de la forêt pour conforter une filière dont la qualité est reconnue. Dans le même temps, sera défini un plan national du feuillu pour développer la ressource en bois.

C’est un programme ambitieux que Stéphane Travert, ministre en charge de la forêt, a dévoilé devant toutes les organisations représentatives de la filière. La logique est de mesurer les potentialités de production et ce par essences d’arbres d’où un diagnostic région par région du secteur chêne, de concevoir un plan général pour les espèces dites feuillues.

Cette démarche demande de structurer les acteurs de la filière dans une dynamique unique et de rapprocher pour cela les équipes de France bois Forêt, France Bois Industries Entreprises et France Bois Régions, une mission confiée à Jean-Yves Caullet.

La Fédération nationale des Communes Forestières suit ces initiatives avec intérêt et souligne que les moyens de cette structuration existent et rappelle la démonstration du ministre : « le Programme National de la Forêt et du Bois (PNFB), approuvé par décret il y a un an, se déploie en régions au travers des Programmes Régionaux de la Forêt et du Bois. En cohérence, sur le volet économique, le Contrat Stratégique de Filière veille à développer la compétitivité des entreprises et le développement des marchés. La filière dispose également des ressources pour agir avec la Contribution Volontaire Obligatoire (CVO) collectée par FBF et la taxe affectée aux industries du bois gérée par FBIE, qui permettent le financement d’actions collectives pour la filière. »

Elle note que le gouvernement face aux tensions sur l’approvisionnement des scieries en bois de chêne, veut identifier les besoins des entreprises région par région. Elle annonce sa participation au rendez-vous de mai proposé par le ministère sur le lancement d’un plan national feuillu qui vise à valoriser les territoires plantées avec ces essences forestières.

Construire des bâtiments bois français

La Fédération nationale des Communes forestières rappelle son engagement « en faveur du développement du hêtre dans la construction et la réhabilitation de bâtiments publics ».
Elle demande une valorisation du hêtre dans la commande publique. Son objectif est de « mutualiser les expériences des territoires et chercher de nouveaux débouchés à cette essence très présente dans les massifs forestiers français mais trop peu valorisée ».

Enfin Stéphane Travert a présenté l’enjeu que représente la bio-économie pour la filière forêt-bois. Les « Communes Forestières » approuvent cette logique : « produits à haute valeur technique, traçabilité, transition écologique et développement durable sont les maîtres-mots d’une filière forêt-bois française forte, fière, impliquée ».

Elle souligne l’appel du ministre à la filière pour saisir l’opportunité des JO 2024 « pour être présente en tant que secteur innovant de la bio-économie, en construisant des bâtiments bois, et comme le demandent les Communes forestières en bois français ! »

 

 

Article précédent

L’ECONOMIE DU TOURISME : VECTEUR ESSENTIEL DE LA CROISSANCE EN CÔTE D’IVOIRE SELON LE MINISTRE SIANDOU FOFANA

Articles suivants

La France attire de plus en plus les investisseurs étrangers !