Accueil»À la une»Environnement: “Le printemps 2018 s’annonce silencieux dans les campagnes françaises

Environnement: “Le printemps 2018 s’annonce silencieux dans les campagnes françaises

0
Partages
Pinterest Google+

 

“Un cri d’alerte est lancé par le CNRS et le Muséum national d’Histoire naturelle au regard des derniers résultats d’études de suivi des oiseaux. Le constat interpelle : » les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans. Au vu de l’accélération des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s’infléchir… »

Les travaux de recherche du CNRS et du Muséum national d’Histoire naturelle révèlent l’ampleur de cette atteinte de la faune française(voici les principaux extraits de la prise de position de ces deux institutions scientifiques) : « grâce à des ornithologues amateurs et professionnels qui identifient et comptent les oiseaux sur tout le territoire métropolitain, le STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs, un programme de sciences participatives porté par le Muséum national d’Histoire naturelle au sein du CESCO1), produit des indicateurs annuels sur l’abondance des espèces dans différents habitats (forêt, ville, campagne etc.). Les relevés effectués en milieu rural mettent en évidence une diminution des populations d’oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990. Les espèces spécialistes de ces milieux, comme l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Et les chiffres montrent que ce déclin s’est encore intensifié en 2016 et 2017. »

« un niveau proche de la catastrophe écologique »

Cette disparition massive observée à différentes échelles est concomitante à l’intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009. Une période qui correspond entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants.

Des études (nationale et locale), menées toutes deux sur une vingtaine d’années et à des échelles spatiales différentes, « révèlent l’ampleur du phénomène : le déclin des oiseaux en milieu agricole s’accélère et atteint un niveau proche de la catastrophe écologique. En 2018, de nombreuses régions de plaines céréalières pourraient connaître un printemps silencieux (« Silent spring ») annoncé par l’écologue américaine Rachel Carson il y a 55 ans à propos du tristement célèbre DDT interdit en France depuis plus de 45 ans. Si cette situation n’est pas encore irréversible, il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques ; et d’abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd’hui les clés pour infléchir la tendance »

 

 

Article précédent

Fiscalité locale : Préserver l’autonomie des communes et l’équité entre les contribuables

Articles suivants

Prévention d’incendie: Débroussailler avant l’été recommande les services de l’Intérieur !