Accueil»À la une»La Politique De La Ville, Peut-Elle Sauver Le Climat ?

La Politique De La Ville, Peut-Elle Sauver Le Climat ?

0
Partages
Pinterest Google+

La politique de la ville, née au début des années 1980, est une politique volontariste d’intervention publique renforcée dans des quartiers urbains en difficulté. Cette politique d’exception a pour objectif de réduire les inégalités sociales et les écarts de développement entre les territoires, de favoriser la cohésion sociale. Elle ne doit pas être confondue avec la politique urbaine ou sociale menées par les communes. En 2017, 1 514 quartiers prioritaires ont bénéficié de l’intervention des pouvoirs publics dans le cadre des contrats de ville. Ce sont 435 contrats de ville qui ont été signés pour l’ensemble des 1 514 quartiers prioritaires de la politique de la ville. Conclu à l’échelle intercommunale pour six ans, le contrat de ville repose sur trois axes d’action (1) : la cohésion sociale, le développement économique et l’emploi, le cadre de vie. Conduite de façon très classique en matière de rénovation urbaine, la politique de la ville ne s’est jamais demandé si elle pouvait sauver le climat.

Construire et rénover afin de sauver le climat

Une question s’impose de plus en plus, lorsqu’il est question du logement social comment construire et rénover à l’heure du réchauffement climatique et des « îlots de chaleur » ? La nécessité s’impose d’associer, dans le cadre de la politique de la ville, les mesures de rénovation urbaine et celles qui apportent des réponses aux évolutions climatiques. Des nouveaux modes de construction et de rénovation sont à inventer, afin de lutter contre les « passoires thermiques » et les « îlots de chaleur ». La réponse est certes technique, mais elle est aussi politique.

> Les « passoires thermiques » : l’actuelle majorité lance la chasse aux « passoires thermiques » Le projet de « loi énergie et climat » est examiné actuellement examiné par les députés. L’objectif visé est de intensifier la rénovation thermique de près de 7,5 millions de logements mal isolés, soit un quart du parc. Les mesures envisagées s’inscrivent dans les directives du plan de rénovation énergétique des bâtiments, voulu, fin 2017 par Nicolas Hulot, alors ministres du gouvernement d’Edouard Philippe. Ce sont 500.000 logements, dont 120 000 logements sociaux, qui doivent être rénovés par an. Objectif visé : un parc immobilier à zéro carbone en 2050. Les « passoires thermiques » entraînent des coûts de chauffage exorbitants que beaucoup de locataires ne peuvent plus assumer. Il existe une véritable précarité énergétique.

> Les « îlots de chaleur » : à côté du pacte social, du pacte économique et du pacte environnemental, la politique de la ville doit inclure un pacte écologique qui vise à lutter contre les « îlots de chaleur », dont les effets se font particulièrement sentir au moment des canicules.

Sur tous ces sujets, l’Etat, les collectivités locales et les citoyens doivent travailler ensemble.

Christian Gambotti

Direction des études

Article précédent

Trop De Ville Tue La Ville !

Articles suivants

Fédérer La Gauche, Fédérer La Droite : Des Objectifs Se Heurtent À L’Émiettement Du Paysage Politique