Accueil»International»L’escalade militaire au Proche-Orient, un défi pour l’Europe

L’escalade militaire au Proche-Orient, un défi pour l’Europe

0
Partages
Pinterest Google+

 

L’actualité internationale est préoccupante car les perspectives de conflits majeurs se multiplient dans un monde où l’émergence de nouvelles puissances génère des déséquilibres. Il faut suivre la géopolitique des grandes puissances dans la région Pacifique avec des relations tendues entre les USA, la Chine et les mouvements de leurs flottes respectives en mer de Chine notamment.

Plus près de nous, les relations entre le Maroc et l’Algérie sont au niveau le plus bas et font craindre que des tensions autres que diplomatiques s’expriment entre ces deux grands pays, qui nous sont si proches historiquement.

Le plus inquiétant est le nouveau rebondissement de la situation au Moyen-Orient. L’escalade militaire entre Israël et l’Iran vient de donner à la guerre en Syrie une ampleur sans précédent depuis 2011 !

Les Israéliens voient dans la présence de troupes iraniennes sur le sol syrien, troupes intervenant pour soutenir les forces de Bachar El Assad, une menace directe car l’Iran n’a jamais reconnu l’état hébreu et certaines composantes au pouvoir à Téhéran souhaitent toujours sa disparition. La contagion de la guerre pourrait toucher immédiatement le Liban et détruire cet état si fragile…

Le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien a constitué la première étape d’un bras de fer à dimension militaire non dissimulée.

Aussi la position française, d’une renégociation de cet accord en prenant en compte notamment les missiles balistiques iraniens est une chance à saisir. Emmanuel Macron a cherché à faire partager cette orientation diplomatique à Donald Trump, celui-ci ne l’a pas entendu !

Pour autant, le Président de la République a eu raison de tenir cette position et il doit la faire partager à l’UE.

Ces affrontements en Syrie mais aussi en Irak, sans oublier la situation à Gaza ou en Cisjordanie (morcelée en zones palestiniennes et secteur contrôlé par Israël) constituent la zone d’instabilité la plus dangereuse pouvant déboucher sur un conflit mondial. Ce n’est pas une exagération car toutes les grandes puissances sont impliquées dans ces conflits aux multiples visages, même la Chine dont la présence militaire navale s’affirme en Méditerranée !

Désormais, les USA établissent un rapport de forces dont on ne voit pas la sortie sans affrontement et veulent que les sanctions économiques reprennent contre l’Iran pour affaiblir économiquement un pays dont le poids politico-militaire s’est consolidé ces dix dernières années.

Ils menacent de sanctions les entreprises européennes présentes en Iran au nom de leur législation extraterritoriale (en raison d’une menace directe sur leur sécurité nationale). Tout est verrouillé ! L’Europe doit rentrer dans le rang !

Ce serait une erreur lourde de conséquences pour elle si elle le fait.

Le défi que doit relever Emmanuel Macron est de parvenir à une réponse européenne ferme tant sur la dimension de l’accord nucléaire que sur cette législation extraterritoriale qui est l’expression d’une hégémonie sans limites et donc d’un allié qui ne respecte pas ses amis européens!

Il faut que le conflit cesse en Syrie et que les troupes étrangères limitent progressivement leur présence sur ce territoire. L’accord doit être validé par toutes les parties, notamment les puissances impliquées de fait dans ce conflit. Cet accord est d’autant plus essentiel qu’il pourrait détruire un foyer de terrorisme d’islamistes radicaux.

Cet accord doit garantir la sécurité de tous les pays du Moyen-Orient.

Alors bien, au-delà de simples menaces commentées sur les relations économiques avec l’Iran, la France doit favoriser une réponse diplomatique européenne à ce conflit. Cela semble bien impossible mais rien entreprendre signerait une faillite du modèle politique européen, qui serait lui aussi facteur de déséquilibres dangereux.

 Marc Fraysse

Directeur de la publication

 

 

Article précédent

L'interview des entreprises - Jocelyn JEANNIARD, Directeur Grand Lyon des magasins CARREFOUR

Articles suivants

Nouvelle baisse du nombre d’entrepreneurs en situation de chômage en 2017