Accueil»Politique»MACRON AU DEFI DU MOUVEMENT DES « GILETS JAUNES » ET A LA « STARISATION » PAR LES CHAÎNES D’INFO DE QUELQUES PORTE-PAROLE

MACRON AU DEFI DU MOUVEMENT DES « GILETS JAUNES » ET A LA « STARISATION » PAR LES CHAÎNES D’INFO DE QUELQUES PORTE-PAROLE

0
Partages
Pinterest Google+

Ce début de septennat d’Emmanuel Macron se caractérise par la cristallisation des urgences :

sécuritaire, sociale, économique et écologique.

Ces urgences existent depuis plusieurs années, mais elles prennent une dimension nouvelle dans une mondialisation qui a changé de nature et qui conduit à une fracture entre les élites et les peuples. La complexité du monde et des réalités géopolitiques et géoéconomiques n’accepte plus que soient avancées des réponses simplistes qui prenaient autrefois la forme d’une opposition entre solutions de droite et solutions de gauche. S’ajoutent aujourd’hui les solutions populistes dont beaucoup sont véhiculées par le mouvement des « Gilets Jaunes ». Dans ce contexte, Emmanuel Macron n’apparaît pas comme le premier président de la République d’un monde nouveau, mais comme le dernier président d’un monde ancien qui apporte, comme solution immédiate à la maîtrise du budget de l’Etat, une politique de taxation habillée en financement de la transition écologique. Ce monde ancien se définit aussi par la verticalité du pouvoir et des décisions venues d’en-haut. Le gouvernement de Macron est l’incarnation même d’un pouvoir technocratique qui obéit aux injonctions de Bercy et de l’Union européenne.

Le mouvement d’Emmanuel Macron est né d’une « marche » qui a permis d’aller à la rencontre des Français, ce qui explique son élection à la Présidence de la République. Mais, au lieu de continuer à écouter les Français, l’exécutif leur a dit : on a les solutions. Dans un pays perclus de dettes, la solution, c’est un ensemble de taxations, afin de ne pas creuser le déficit public et répondre aux exigences des fameux 3 % de Maastricht. Le totem « Maastricht » a conduit à la transformation d’un symbole, l’ISF, devenu IFI. Entre l’urgence sociale et l’urgence économique, les Français ont cru que l’exécutif privilégiait le capital et les actionnaires au détriment du pouvoir d’achat des salariés. Les mesures sociales, pourtant réelles, comme la suppression de la taxe d’habitation et la baisse des charges sociales pour les entreprises, produisaient trop lentement leurs effets.

Au lieu d’entrer dans son quinquennat par un « Grenelle social », Macron a poursuivi une politique des taxations, ce qui a conduit à cette situation inédite qui est la cristallisation d’une colère, celle de la France oubliée, à travers un mouvement complexe à définir et à appréhender, le mouvement des « Gilets Jaunes ». Face à ce mouvement, le gouvernement semble avoir reculé, puisqu’il vient d’injecter 10 milliards d’euros pour répondre à une urgence sociale, ce qui va nécessairement creuser les déficits, s’il n’y a pas une baisse drastique de la dépense publique.

Mais, comment dépenser moins, alors que la demande de services publics et d’aides, face à l’urgence sociale, est de plus en plus forte ? C’est en réalité l’équation du nouveau monde dans lequel nous plonge le changement de nature de la mondialisation.

Cette colère sociale est légitime. En revanche, des porte-parole des « Gilets Jaunes », transformés en stars éphémères par les chaînes d’info, qui ont besoin de faire du « buzz », multiplient les déclarations confuses et contradictoires qui attisent les passions et contribuent à mettre de l’huile sur le feu.

C’est aussi cette lutte contre la désinformation que doivent mener désormais les gouvernements démocratiquement élus. Aucun pays démocratique au monde n’échappe à cette pression des chaînes d’info et des réseaux sociaux.

Marc FRAYSSE

Article précédent

LA FRANCE AU DEFI DES URGENCES SECURITAIRE, SOCIALE, ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE DANS UNE MONDIALISATION QUI A CHANGE DE NATURE

Articles suivants

Les « Gilets Jaunes », l’usine Ford de Blanquefort, l’attentat de Strasbourg, le Pacte de Marrakech : 4 symboles des défis que la France doit relever !