Accueil»À la une»« Make Our Planet Great Again » : Des nouveaux chercheurs internationaux répondent à l’appel français !

« Make Our Planet Great Again » : Des nouveaux chercheurs internationaux répondent à l’appel français !

0
Partages
Pinterest Google+

 

Quatorze nouveaux chercheurs internationaux ont vu leur projet retenu dans le cadre du programme de recherche piloté par le CNRS sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur. Ils viennent se joindre aux dix-huit premiers lauréats présentés lors du « One Planet Summit » de Paris en décembre dernier par Emmanuel Macron.

A un moment où l’on dresse le bilan de l’action du Président de la République, Emmanuel Macron, un an après son arrivée à l’Elysée, il faut noter l’intérêt suscité par sa démarche (initiée dès juin 2017)de faire venir des chercheurs, des entrepreneurs à rejoindre la France pour renforcer la lutte contre le réchauffement climatique. Et noter que l’exemple français en ce domaine a été retenu et mis en application par l’Allemagne !

Les 14 nouveaux lauréats arrivent de 7 pays

Le dispositif français a été confié au CNRS pour la conduite scientifique du programme de recherche et la sélection des projets en relation avec l’Agence nationale de la Recherche. Cette initiative est de la responsabilité de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de Guillaume Boudy, Secrétaire général pour l’Investissement. Aujourd’hui plusieurs des lauréats présentés en décembre dernier ont rejoint les équipes de laboratoires français intervenant dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Désormais, dans la seconde vague de candidatures (38 nouveaux projets enregistrés), 14 ont été retenus par un jury présidé par Corinne Le Quéré, professeur de sciences et politique du changement climatique à l’Université d’East Anglia, et directrice du Tyndall Centre for Climate change Research. Cette sélection a été dévoilée et montre que ces 14 nouveaux lauréats arrivent de 7 pays.

«  Les projets qu’ils portent sont de très haut niveau et concernent des sujets particulièrement importants, comme l’impact du changement climatique sur la biodiversité, la compréhension de l’évolution de la zone de transition clé entre les Andes et l’Amazonie, l’impact de la fonte de la banquise sur la circulation océanique, l’amélioration des processus de pyrolyse de la biomasse, ou encore le stockage d’énergie par conversion du CO2 » précise le ministère.

L’intérêt de l’Allemagne pour cette initiative française a été souligné par Frédérique Vidal “face à l’urgence d’agir contre le changement climatique, l’engagement de scientifiques internationaux de très haut niveau au côté des laboratoires de pointe français et allemands permettra de démultiplier les efforts. »

 

 

Article précédent

Formation professionnelle : CCI France soutient la proposition de Muriel Pénicaud

Articles suivants

PAC : L’opposition de la France au projet de baisse du budget européen !