Accueil»À la une»IL EST URGENT DE LIRE CET ESSAI, L’AUTEUR SOUHAITANT, POUR L’INSTANT, RESTER ANONYME

IL EST URGENT DE LIRE CET ESSAI, L’AUTEUR SOUHAITANT, POUR L’INSTANT, RESTER ANONYME

0
Partages
Pinterest Google+

L’auteur : Le Citoyen,
Le livre : Le temps de l’Alternative – Cinq propositions pour reprendre le contrôle de nos vies (février 2019)

Ce livre, dont l’auteur souhaite conserver l’anonymat, nous invite à réfléchir sur la transformation du monde et de nos sociétés, transformation qui doit nous conduire à refonder notre engagement politique. Pour l’auteur, qui signe Le Citoyen, « le temps de l’alternative » est arrivé. Il ne s’agit pas de la vieille alternative entre une politique de gauche et une politique de droite qui s’est traduite, pendant 40 ans, par une succession d’alternances paresseuses : Mitterrand a succédé à Giscard, Chirac à Mitterrand, Sarkozy à Chirac, Hollande à Sarkozy, Macron à Hollande. Le résultat ? La multiplication des fractures sociales et territoriales, une incompréhension grandissante entre une France qui réussit, celle des « élites », et une France oubliée, marginalisée, qui a donné naissance au mouvement des « Gilets Jaunes », un mouvement dont les revendications de départ sont légitimes. La tentation est grande de réactiver la vieille lutte des classes, ce que veut faire la gauche radicale, en appelant à l’insurrection populaire, ou de proposer l’enfermement identitaire et xénophobe tel qu’il existe sous la forme d’une vague populiste qui submerge nos démocraties. Le Temps de l’Alternative n’est pas, au sens partisan, un livre politique, mais un livre citoyen qui revient à l’origine même de l’engagement politique, lorsque la politique avait pour fonction la prise en main de son destin par l’homme.

Contrairement à une idée répandue,  la politique au sens noble, n’existe pas dans notre modernité, elle a été remplacée par l’idéologie politique,   une acception plus restrictive qui désigne la forme que prend le pouvoir. Le XXè siècle a vu les plus grandes idéologies sanguinaires, le fascisme et le communisme, prendre le contrôle des vies de centaines de millions d’individus. La politique s’est transformée en luttes pour l’accaparation du pouvoir. L’exemple de la Révolution de 1789 montre cette évolution de la politique : la radicalisation des Jacobins conduit à la Terreur. Olympe de Gouges, auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, calquée sur la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, fut guillotinée pour avoir dénoncé la montée en puissance de la dictature qui se profilait, avec la mise en place d’un Comité de salut public, le 6 avril 1793, qui s’arrogeait le pouvoir d’envoyer les députés en prison. Je pense au référendum révocatoire et à l’assemblée constituante que voudraient instaurer les « éternels trotskistes » de la France Insoumise.

Le livre que signe Le Citoyen est d’une autre nature. S’il ne sous-estime pas les intérêts divergents dans une société et les luttes politiques pour l’appropriation du pouvoir, l’auteur propose cinq solutions « citoyennes », tout en sachant, car tout est idéologique, qu’il existe une « idéologie citoyenne ».

Les 5 solutions couvrent les domaines suivants :

1) L’économie de la liberté 

2) L’Europe libérée 

3) L’écologie de la création 

4) La transmission de l’égalité 

5) L’autorité de la démocratie.

Pour l’auteur : « Depuis trente ans, nos gouvernants ont échoué. Nous ne pourrions rien changer au cours des choses, et notre unique choix serait de nous résigner à n’avoir aucun contrôle sur notre avenir commun. En vérité, rien ne nous y oblige. Voici 5 propositions, inédites et réalisables, pour reprendre le contrôle. De ces 5 axes forts découlent de multiples propositions détaillées dans cet ouvrage. Ensemble, elles proposent une vision politique cohérente, conforme à notre devise républicaine et à l’identité de la France. »

Résumé du livre

Depuis trente ans, nos gouvernants nous assurent avoir fait de leur mieux. Nous pensons tous qu’ils ont échoué. Les Français se savent dépossédés de leur autorité sur leur vie au profit d’intérêts lointains. Étrange condition humaine qui nous permet de tout voir, tout désirer, tout dire ; où tout semble à notre portée, mais où nos vies sont dictées de l’extérieur. Le temps de l’alternative s’oppose à cette soumission au cours des choses. Cinq propositions, inédites et réalisables, sont formulées pour nous donner les moyens et la force d’agir. Elles concernent l’économie et la fiscalité, l’Europe, l’écologie, les valeurs républicaines, notre démocratie et ses institutions. Le temps de l’alternative est venu.

● Une plateforme pour débat citoyen

Sur le site qu’il a ouvert, Le Citoyen nous invite participer au débat, à réagir. On peut le contacter par e-mail ou le rejoindre sur les réseaux sociaux.

Facebook : @uncitoyen2019 @alternativelelivre 

Twitter : @uncitoyen2019

Instagram : @uncitoyen2019

● L’auteur

L’auteur, né au début des années 1970, est un citoyen engagé. Il n’est ni une personnalité publique ni un haut fonctionnaire. Son parcours l’a amené à connaître tour à tour la politique, l’État, les grandes entreprises, le monde de la finance et l’entrepreneuriat. Son expérience internationale a façonné sa compréhension du monde, et affermi sa conscience de l’identité incomparable de la France.

● Pourquoi lire cet essai ?

Nous avons vécu, depuis 18 mois, deux événements politiques majeurs : l’élection d’Emmanuel Macron sur fond de « grand dégagisme » et le mouvement des « Gilets Jaunes ». Ces deux événements nous conduisent à repenser notre engagement politique, non pas dans une sorte de renoncement qui nous ferait accepter la fatalité du déclin et la multiplication des fractures sociales et territoriales dans notre pays. Le mouvement des « Gilets Jaunes » est venu nous rappeler que les solutions choisies par le gouvernement pour réformer la France ressemblaient aux solutions du vieux monde avec, en particulier, le matraquage fiscal, l’injustice sociale et la fiscalité écologique punitive.

La complexité du réel est telle qu’il n’existe pas de système économique innocent, ni de « politique de gauche » miracle ou de « politique de droite » tout aussi miracle. Les réponses doivent être adaptées aux circonstances avec, comme ligne d’horizon, la préservation de l’humain et des libertés. Les « Gilets Jaunes » obligent Macron à construire l’acte II de son quinquennat, comme il oblige les oppositions républicaines à repenser les grandes orientations des politiques qu’elles proposent. Il s’agit de « nous donner les moyens et la force d’agir » pour ne pas être dépossédés de nos vies. « Le Citoyen » nous dit que ce n’est pas un combat entre la droite et la gauche, mais le refus d’une soumission que nous impose le cours des choses dicté par une mondialisation devenue incontrôlable. Le combat se situe entre les pays et les sociétés qui acceptent le triomphe de « la main invisible » d’une mondialisation financiarisée et engagée dans une course au profit à travers des guerres économiques d’une violence inouïe et les pays démocratiques et les sociétés libérales qui veulent construire autrement la mondialisation, mais aussi, pour nous, construire autrement l’Union Européenne. En ce sens, les propositions que fait le Citoyen, dans son essai remarquablement écrit, nous conviennent.

Cet extrait résume parfaitement la philosophie du livre : « Emmanuel Macron, candidat autoproclamé du « nouveau monde », promit, pour restaurer la souveraineté des Français sur leur destin, de « transformer » la France en la remettant « en marche », et de changer l’Europe. La déclaration d’intention était prometteuse. Mais une fois au pouvoir, il reprend le mantra de la « réforme » récité par les gouvernants depuis trente ans. Ce glissement de la transformation vers la réforme, les Français en connaissent parfaitement le sens : « réformer », c’est céder au cours des choses ; « réformer », c’est payer plus et recevoir moins ; « réformer », c’est abdiquer devant l’ordre néolibéral. » Cet essai prend place dans la bibliothèque des livres qui critiquent le libéralisme et qui sont écrit par les libéraux eux-mêmes qui refusent d’ « abdiquer devant l’ordre néolibéral ». Je  crois me souvenir que Macron a dit récemment :  « Le capitalisme ultra libéral et financier va vers sa fin”, c’est vrai ! » Dans son essai, Le Temps de l’Alternative, Le Citoyen trace le chemin, à travers des solutions concrètes, d’un retour au libéralisme de l’origine, plus vertueux.

Christian GAMBOTTI

Agrégé de l’Université

Directeur de la rédaction de Parlement & Territoires

Article précédent

IL EST URGENT DE REDÉFINIR NOTRE ENGAGEMENT POLITIQUE !

Articles suivants

L’ANTISÉMITISME, LE RACISME, L’HOMOPHOBIE : ÇA SUFFIT !