Accueil»À la une»Notre-Dame-de-Paris, haut lieu d’une fraternité universelle et métaphore de la reconstruction

Notre-Dame-de-Paris, haut lieu d’une fraternité universelle et métaphore de la reconstruction

0
Partages
Pinterest Google+

L’incendie de Notre-Dame de Paris, au-delà du drame absolu que représente cet événement tragique, ouvre le champ d’une réflexion nouvelle qui transcende les vieux clivages politiques, clivages qui nous ont fait oublier l’un des trois termes de la devise républicaine : la fraternité. 

Bien sûr Notre-Dame de Paris est un haut-lieu de la chrétienté qui vient nous rappeler les racines chrétiennes de notre civilisation et de l’Europe. Mais, Notre-Dame de Paris est aussi le symbole d’une fraternité universelle qui unit tous les peuples, toutes les religions et toutes les civilisations, comme en témoigne le mouvement planétaire des solidarités. 

Les cathédrales ne sont pas le lieu de repliement identitaire d’une religion, mais le symbole d’une civilisation de bâtisseurs qui unit les compétences scientifiques, techniques et les valeurs spirituelles. La foi est aussi une foi dans le progrès technique et les progrès de l’esprit humain avec, comme fil conducteur, l’épanouissement de la fraternité et des solidarités. 

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si l’Hôtel-Dieu de Paris, un établissement hospitalier, a été construit, de 1867 à 1878, sous la conduite des architectes Emile Jacques Gilbert et Arthur-Stanislas Diet, en bordure nord du parvis Notre-Dame. Sont réunis l’autel, en un même lieu, si je peux me permettre ce jeu sur les mots, l’autel d’une cathédrale, et l’« Hôtel » qui désigne un hôpital. A l’origine, l’Hôtel-Dieu, crée en 651 par l’évêque Saint Landry, est le symbole même de la charité et de l’hospitalité. 

Je n’oublie pas que la pensée sociale du Général de Gaulle est imbibée de l’héritage du catholicisme social. Lorsqu’il se développe, ce gaullisme social n’est pas un « populisme tactique » pour gagner le vote des classes populaires, mais l’affirmation que la seule question qui compte est la question sociale. La droite a donné l’impression qu’elle n’accordait qu’une place subalterne au projet social ; la gauche a idéologisé ce projet, jusqu’à l’excès communiste qui prônait la dictature du prolétariat. 

La reconstruction de Notre-Dame devient, dans mon esprit, la métaphore de la reconstruction de la France, ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit d’oublier la question sociale, bien au contraire. Je ne sombre pas dans l’illusion du consensus autour de cette reconstruction. En revanche, j’y vois la possibilité d’un élan nouveau qui nous projette vers cette fraternité, inséparable de la promesse républicaine.

Marc Fraysse

Ancien Député

Président de France Unie

Article précédent

L’un des effets pervers du quinquennat : l e temps court des décisions face au temps long des réformes

Articles suivants

ETAT DE LA FRANCE UN LONG CHEMIN RESTE À PARCOURIR !