Accueil»À la une»Port Atlantique La-Rochelle confirme son activité logistique

Port Atlantique La-Rochelle confirme son activité logistique

0
Partages
Pinterest Google+

 

L’INSEE Nouvelle Aquitaine a analysé l’activité du Grand Port Maritime de La-Rochelle (Port Atlantique). Si les secteurs de la manutention et de l’affrètement sont des éléments importants de la vie économique du site, « l’activité portuaire se distingue par la prédominance de la logistique en regard d’une industrialisation modeste. »

    L’étude de l’INSEE montre que le site du le Grand Port Maritime de La Rochelle (GPMLR) génère 1715 emplois salariés dont 655 dans les activités maritimes (année 2015). 1060 emplois sont liés aux activités marchandes du port, notamment dans le commerce de gros et les transports routiers. La logistique est le premier domaine d’activité du port. Ces emplois définis par l’INSEE comme « qualifiés, stables et bien rémunérés » sont occupés pour moitié par des ouvriers majoritairement qualifiés.

Les recettes générées par l’activité portuaire est de 108 millions d’euros en 2014 : «  sur le territoire de la communauté d’agglomération, le GPMLR pèse davantage dans la richesse produite localement que dans l’emploi ; ses activités génèrent une valeur ajoutée plus élevée. »

Un projet d’aménagement, baptisé  “Port Horizon 2025” 

Les entreprises et établissements implantés sont souvent détenus par des groupes tournés vers l’international. De taille plus importante, ses établissements sont plus souvent détenus par des groupes et davantage ouverts à l’international que ceux implantés dans le reste de la communauté d’agglomération.

L’actualité de Port Atlantique-La Rochelle est constituée par la consultation publique sur le projet d’aménagement. Il a présenté son projet d’aménagement, baptisé « Port Horizon 2025 ». L’objectif  est « d’accompagner les changements en cours et d’anticiper ceux de demain pour accueillir avec efficacité les navires de commerce en tenant compte du contexte mondial. »

« Port Horizon 2025 » entend mener quatre opérations : l’adaptation du terminal de Chef de Baie, la création d’une structure d’accostage pour l’Anse Saint-Marc et l’aménagement de la plateforme de La Repentie, l’approfondissement des accès nautiques.

La concertation publique, validée par la Commission Nationale du Débat Public, durera jusqu’au 18 mars.

 

 

Article précédent

« Gironde Haut Méga » le plus grand chantier numérique départemental français

Articles suivants

Rapport Spinetta : « Peu de cas de la réalité territoriale » pour la Région Grand Est