Accueil»À la une»Refonder l’Union européenne en s’appuyant sur les états-nations !

Refonder l’Union européenne en s’appuyant sur les états-nations !

0
Partages
Pinterest Google+

L’Union européenne est devenue, dans l’imaginaire collectif des populations des Etats-membres, un « grand machin » lointain, abstrait et technocratique, coupé des réalités du quotidien et des identités nationales. Comment expliquer cette dérive qui a conduit à dénaturer la construction de l’Union européenne ?

De Gaulle est convaincu de la nécessité de construire l’Europe. Dans son célèbre discours à l’Université de Strasbourg, le 22 novembre 1959, il lance : «Oui, c’est l’Europe, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural, c’est l’Europe, c’est toute l’Europe, qui décidera du destin du monde !». Cette Europe, qui irait « de l’Atlantique à l’Oural » et dont le caractère historique et géographique est indéniable, est, pour de Gaulle, un démultiplicateur de puissance pour les États qui la composent.

Mais, de Gaulle, lors de sa conférence de presse du 15 mai 1962, précise sa vision de l’Europe : « Il ne peut pas y avoir d’autre Europe que celle des États, en dehors des mythes, des fictions, des parades ». Selon de Gaulle, les traités et les alliances passent, mais les nations demeurent. Lors d’un entretien avec Michel Droit, entre les deux tours de l’élection présidentielle de 1965. Interrogé au sujet de l’Europe des nations et de son organisation, le général de GAULLE lance sa célèbre petite phrase : « Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l’Europe ! l’Europe ! l’Europe !… mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien ».

Comme les élites mondialisées nous ont « vendu » le mythe de la « mondialisation heureuse », certains ont continué à nous vendre celui d’une construction européenne « heureuse », sous-estimant la fracture qui se creusait entre Bruxelles et les peuples.

Ni Frexit, ni fédéralisme, mais une reconstruction de l’UE.

Le très faible score des listes qui militent pour le Frexit ou le fédéralisme montre que les Français ne veulent ni de la sortie de l’Union européenne, ni des Etats-nations. Les Etats-Unis d’Europe font partie de ce que de Gaulle nommait « des mythes, des fictions, des parades ».

Il est donc urgent de reconstruire l’Union européenne. En ce sens, les élections du 26 mai, revêtent un caractère particulier, une importance capitale. L’Union européenne doit être un démultiplicateur de puissance et non pas un projet de disparition des Etats-nations.

Marc Fraysse

Ancien Député

Président de France Unie

Article précédent

Emmanuel Macron a-t-il eu raison de s’engager pour les éléctions européennes ?

Articles suivants

Comment Parler Non Pas Une Seule Droite, Mais À Trois Droites ?