Accueil»Territoires»Région en transition industrielle : Grand Est retenue par la Commission européenne pour sa démarche innovante (S3)

Région en transition industrielle : Grand Est retenue par la Commission européenne pour sa démarche innovante (S3)

0
Partages
Pinterest Google+

 



La Commission européenne vient d’annoncer que la région Grand Est figure dans sa sélection restreinte de 10 régions d’états membres de l’UE (1) à l’issue de ses deux appels à manifestation d’intérêt « Région en transition industrielle ».

Voulant épauler les territoires s’inscrivant dans une forte action de renouvellement de leur activité industrielle dans le cadre d’une stratégie de spécialisation intelligente (S3), la Commission Européenne a lancé un appel à manifestation d’intérêt destiné aux régions en transition industrielle pour une étude pilote sur leur S3 (Smart Specialisation Strategy)et mesurer la capacité de ce développement « à répondre aux enjeux de transition industrielle, de digitalisation de l’économie et de transition écologique/énergétique. »

La Région Grand Est voit dans cette sélection une reconnaissance de ses orientations en faveur d’une politique « Industrie du futur », et d’une la transition engagée vers une économie bas carbone : « terre industrielle historique et seconde région industrielle française, le Grand Est réussit ainsi sa transition dans le domaine de l’industrie, apportant à tous la possibilité de se moderniser tout en se trouvant dans une réflexion de transition écologique et de transformation de l’économie par la digitalisation. »

Six filières S3 sont clairement identifiées
– les matériaux, procédés et technologies de production en lieu avec l’industrie du futur,
– les agro-ressources et la bio-économie ,
– la santé (biotechnologies, technologies médicales, e-santé, silver économie),
– le bâtiment durable,

-la mobilité durable, la logistique et les transports (en lieu avec les technologies numériques),

– l’eau (actions en faveur de l’amélioration durable de l’eau sous toutes ses formes)

La Commission va apporter « des moyens d’assistance technique spécifiques (étude de 200 000 euros par région sélectionnée, avec en sus l’appui d’experts de la Commission et accès au programme peer-to-peer) pour l’évaluation de la S3 et la définition d’un plan d’action (2018), ainsi que des subventions – jusqu’à 300 000 euros de FEDER – pour la mise en œuvre en 2019. »

Cette sélection ouvre la porte pour la région Grand Est à d’autres programmes de soutien européens dans le cadre de la prochaine programmation opérationnel 2021-2026 !

  1. Figurent par les dix régions retenues, les Hauts-de-France et Centre-Val-de-Loire.

 

 

Article précédent

Enquête Xerfi : Le Commerce coopératif et associé acteur majeur des territoires

Articles suivants

Report de l'A45 Lyon-Saint-Etienne: Mobilisation de chefs d'entreprise et désormais d'élus!