Accueil»Politique»Ruralité : Emmanuel Macron laisse sceptiques les “Maires ruraux”

Ruralité : Emmanuel Macron laisse sceptiques les “Maires ruraux”

1
Partages
Pinterest Google+

 

« Toujours rien à l’horizon » lance l’Association des Maires ruraux de France après l’interview du Président de la République à TF1 depuis une commune rurale de l’Orne. Elle parle de rendez-vous manqué car sa vision ne correspond pas à celle d’un aménagement équilibré du territoire qu’elle réclame…

Ce sont en des termes sévères que les responsables de l’AMRF ont commenté l’intervention d’Emmanuel Macron : se voulant pédagogue, il a une fois encore, sans apporter d’éléments nouveaux, justifié ses choix sur un certain nombre de sujets d’actualité. Sauf que, même répétés, poncifs et contrevérités ne peuvent faire office de politique d’aménagement et d’équilibre du territoire. »

“Un rural, moitié de citoyen”

Critiquant jusqu’à l’esprit de cet entretien télévisée, parlant de mise en scène dans une commune non représentative, l’association n’a vu aucune correspondance d’ambition avec les élus ruraux et les habitants et « de tous ceux qui aspirent à un mode de vie rural de plus en plus apprécié et recherché. »

Pour elle, une nouvelle politique d’aménagement du territoire est indispensable après 40ans d’oubli des territoires ruraux et de leurs habitants par les Pouvoirs publics. Cette vision stratégique pour la ruralité n’est pas apparue.

Elle réfute l’annonce faite d’une non diminution des dotations d’Etat aux communes : «. Une formulation globale à l’échelle nationale ne peut masquer la réalité à l’échelon local. C’est dissimuler les disparités alors que beaucoup trop de communes voient leur dotation poursuivre leur diminution. Sans compter que l’État, dans sa répartition de la DGF (dotation globale de fonctionnement), considère toujours un rural pour une moitié de citoyen. »

Elle demande de porter un regard différent sur la ruralité en lieu et place des « clichés » et images d’Épinal ; pour cela, un préalable est incontournable : l’inscription de la notion de territoire et les obligations « qui en découlent dans le projet de révision constitutionnelle annoncée par le Président de la République. »
Et de préciser : « si la Corse, pour les mêmes raisons légitimes de spécificité et de solidarité se trouve dans la Constitution, ce doit être aussi le cas de tous les espaces ruraux de notre pays. »
Aussi, les Maires ruraux de France entendent poursuivre leur démarche, fustigeant le nouveau « vieux monde » « incapable d’imaginer schémas nouveaux et représentations nouvelles, coincé dans une absence d’ambition et de considération. »

 

Article précédent

DECRYPTAGE DU VIe CHOISEUL AFRICA SUMMIT QUI SE TIENDRA LES 4 ET 5 MAI 2018 A ABIDJAN, EN CÔTE D’IVOIRE

Articles suivants

Côte d’Ivoire : un sénat pour quoi faire ?