Accueil»Territoires»Soutien de France Urbaine et Communautés de France au plan Borloo

Soutien de France Urbaine et Communautés de France au plan Borloo

0
Partages
Pinterest Google+

 

 

La prise de position est claire de France Urbaine et AdCF : « les propositions formulées par Jean-Louis Borloo placent au niveau approprié les actions qu’il conviendrait d’engager pour assurer l’accompagnement des millions d’habitants vivant dans les territoires concernés, qu’ils soient « villes moyennes en déprise, Outre-mer, zones rurales délaissées, zones urbaines prioritaires ».

Le rapport sur les mesures à prendre pour relancer la politique de cohésion sociale et urbaine à l’endroit des quartiers populaires, remis au Premier Ministre par Jean-Louis Borloo préconise plusieurs actions prioritaires comme la relance des chantiers de la rénovation urbaine avec un fonds dédié de cinq milliards d’euros, le développement d’une offre diversifiée de mobilités (incluant un plan spécifique en direction des femmes et des mères de famille monoparentale), plusieurs actions également dans le domaine de la formation, le soutien de l’apprentissage…

“Rien ne se fera sans un engagement collectif, réciproque et coordonné”

La réaction des deux grandes associations de collectivités a été rapide et forte car les dispositions avancées sont en correspondance avec les « engagements pris par les présidents de communautés et métropoles, inscrits dans le Pacte de Dijon pour une nouvelle politique de cohésion urbaine et sociale », une logique d’action initiée pat France urbaine et l’AdCF et elles tiennent à le rappeler.

Aussi les présidents de France Urbaine Jean-Luc Moudenc et de l’AdCF Jean-Luc Rigaut déclarent conjointement que: « e rapport de Jean-Louis Borloo et ses propositions, basé sur le Pacte de Dijon, portent la même ambition que celle du Président de la République lors de son discours à Tourcoing de novembre 2017. En toute logique, une grande partie de ses propositions devrait donc être mise en œuvre par le gouvernement. En ce qui nous concerne, les communautés, métropoles et grandes villes y sont prêtes. »

Pour eux, il revient désormais au Président de la République et au gouvernement de prendre les mesures opérationnelles. Et d’insister sur leur place dans cette logique car comme cela était affirmé dans le pacte de Dijon: « rien ne se fera sans l’action des agglomérations et métropoles, rien ne se fera sans l’action de l’Etat, rien ne se fera sans un engagement collectif, réciproque et coordonné ».

 

 

Article précédent

PAC : L’opposition de la France au projet de baisse du budget européen !

Articles suivants

Enquête 2017 de la BEI : Le secteur privé moteur de l’investissement en France