Accueil»Politique»Territoires d’innovation de grande ambition : 24 projets pour répondre aux besoins des habitants

Territoires d’innovation de grande ambition : 24 projets pour répondre aux besoins des habitants

0
Partages
Pinterest Google+

    Peu médiatisée, la présentation par Matignon en ce début d’année de la liste des 24 lauréats de l’appel à manifestation d’intérêts de l’action « Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA) » soutenu par le programme national d’investissements d’avenir a permis de saisir les volontés de transformation et d’adaptations des responsables et élus locaux.

   La démarche des « Territoires d’innovation de grande ambition » est de déterminer un nombre restreint de projets afin de les accompagner dans toutes les phases de réalisation. 117 projets ont étudiés et 24 retenus en 2017, qui seront soutenus en 2018 dans leur finalisation avec une enveloppe de 400.000 euros. Une deuxième sélections sera effectuée pour lancer ces projets avec un soutien financier de 450 M€ sur 10 ans, dont 150 M€ de subventions et 300 M€ de fonds propres.

Une ambition « transformante » pour leur région, leur ville

Les 24 lauréats de cet appel à manifestation d’intérêts ont été sélectionnés par un comité d’experts indépendant, présidé par Pierre Veltz (économiste et sociologue, ancien directeur de l’Ecole des ponts et de l’Etablissement public de Paris Saclay). Ils seront conseillés et soutenus pour préparer l’appel à projets qui sera lancé cette année ; il déterminera les « Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA) » que l’Etat veut voir aboutir. Il est important de signaler que cet appel à projet reste ouvert et que des dossiers nouveaux peuvent être présentés.

L’étude de la liste des 24 projets retenus communiquée par les services du Premier ministre, met en exergue le pourquoi et le comment de ces dossiers ; Tous visent à répondre aux besoins des habitants et des attentes tant sociologiques qu’économiques. Ils dévoilent des initiatives pragmatiques dans les domaines de la mobilité, des « smarts grids » pour les villes et les sites économiques. Tous les secteurs sont représentés du soutien à la zone montagne du Massif Central , au développement de l’approche environnementale à l’échelle des vignobles du Sud-Ouest. L’élevage (prenant mieux en compte l’animal), le littoral voient des projets émergés, témoignant de l’engagement des élus, des acteurs professionnels et des association à porter une ambition « transformante » pour leur région, leur ville ou bassin de vie.

Cette forte participation exprime surtout « la volonté du terrain » dans la conduite du développement local !

 

Repères / Présentation synthétique des 24 projets lauréats

« Acteurs économiques et citoyens construisent les territoires viticoles responsables et innovants de demain », Région Nouvelle-Aquitaine

Faire émerger la viticulture de demain et rester à horizon 2050 une terre viticole dynamique et attractive pour ses habitants, les entreprises et leurs salariés ainsi que pour les touristes attirés par cette destination. Pour cela, la Nouvelle-Aquitaine va :

Accompagner un nouveau dialogue social et sociétal autour des pratiques agricoles et des incidences des changements globaux et ainsi aller vers une forte diminution –voire une suppression à terme- du recours aux pesticides ; Accélérer l’innovation et faire des acteurs des territoires des co-créateurs de l’innovation ; Permettre aux territoires viticoles de s’approprier les outils numériques pour accompagner et accélérer les transitions économiques, écologiques et sociales nécessaires ; Accompagner la prise de risque inhérente aux changements de pratiques auprès des agriculteurs et des acteurs de la chaine de valeur.

 

« Bordeaux, première métropole à énergie positive», Bordeaux Métropole

Faire de Bordeaux Métropole une des premières métropoles à énergie positive à l’horizon 2050, avec quatre axes d’action : Réduire de manière drastique sa consommation d’énergie notamment dans les secteurs du logement et de la mobilité ; Produire massivement des énergies renouvelables et locales ; Faire appel à l’intelligence pour optimiser les réseaux de distribution d’énergie ; Constituer et coordonner une gouvernance de projet à même d’opérer la transition énergétique dans son ensemble.

 

« Champs du possible, Villes du futur », Mulhouse Alsace agglomération

Le Sud Alsace souhaite se positionner comme un territoire leader dans l’expérimentation de solutions exemplaires et reproductibles, faisant de l’agriculture un puissant levier de transformation économique, social et environnementale. La vision de l’agriculture portée par le territoire se décline en quatre axes : – Une agriculture productive mais fondée sur un modèle de production moins consommateur en intrants, respectueux des ressources et de la santé des habitants – Une agriculture innovante et qui conduise la « ferme du futur » à accéder quelle que soit sa taille à la productivité et à s’intégrer à des modèles économiques innovants – Une agriculture vivrière, fournissant une alimentation de qualité pour tous et créant du lien social – Une « agriculture » réparatrice contribuant à l’économie circulaire à travers la dépollution de friches par le végétal

 

« Cœur d’Essonne, territoire pionnier de la transition agricole et alimentaire en région Ile-de-France », Cœur d’Essonne Agglomération

En 10 ans, Cœur d’Essonne a pour objectif de nourrir 10% des habitants et d’approvisionner 50% de la restauration collective en produits issus de l’agriculture biologique locale, d’assurer le renouvellement des agriculteurs et de créer 2 000 emplois directs et indirects tout en inversant la tendance de dégradation des sols et en rétablissant la biodiversité. Le projet prévoit également de démontrer la capacité de l’agro-écologie à changer d’échelle, avec la mise en place d’une exploitation de 75 Ha destinée à être la tête de réseau de 100 autres fermes pilotes, et d’implanter 12 unités de transformation sur le territoire.

 

« Des hommes et des arbres, les racines de demain », Métropole du Grand Nancy

Le Sud Lorraine a l’ambition de devenir un territoire démonstrateur d’une transformation des comportements grâce à des innovations technologiques, économiques, sociales et organisationnelles qui permettront à son capital forestier et arboré d’offrir une palette de services d’excellence pour la régulation des écosystèmes naturels et le bien-être des populations. Cette ambition se traduira par trois objectifs transformants au cours des dix prochaines années : Le Sud Lorraine, premier territoire de mise en valeur innovante des services écosystémiques procurés par la forêt et les arbres ; Le Sud Lorraine, premier système productif forestier performant, durable et multifonctionnel ; Le Sud Lorraine, premier territoire arboré contributeur de santé et de bien-être.

 

« Dijon, territoire modèle du “système alimentaire durable de 2030″», Dijon Métropole

Démontrer que l’évolution vers un système alimentaire durable est une opportunité pour la transformation d’un territoire, d’un point de vue environnemental, économique et social.

L’ambition à 10 ans est de : Faire du territoire le démonstrateur de l’agroécologie à grande échelle ; Augmenter la part de la population locale dans l’alimentation ; Améliorer la qualité de vie des habitants par une alimentation et un environnement plus sains.

 

« GREAT – Grenoble Alps Together – L’économie du partage pour la ville en transition », Grenoble-Alpes métropole

Pour répondre aux défis posés par la congestion des villes, la pollution et le changement climatique, le projet GREAT s’appuiera sur l’économie du partage pour développer des innovations d’usage en lien avec les citoyens. Trois plateformes seront mises en place : – Une plateforme numérique, la crossdatathèque, réunira l’ensemble des données prélevées sur le territoire. Elle sera gérée par entreprises, citoyens et services publics. L’analyse des données permettra de créer de nouveaux services pour les citoyens ; – Un réseau s’appuyant sur des fablabs pour mettre des outils de créativité et de prototypage à disposition des citoyens et entrepreneurs ; – Un civic lab regroupera des expertises en sciences humaines et sociales, numérique et concertation citoyenne pour favoriser l’appropriation d’innovations territoriales. Ces plateformes se concentreront en priorité sur les thématiques de la mobilité (voiture partagée), de l’énergie (efficacité énergétique dans l’industrie et le bâtiment, développement des énergies renouvelables et smart grids) et de la santé (faire du citoyen un acteur de son exposition à la pollution).

 

« Handicap Innovation Territoire», Lorient Agglomération

Une ambition de transformation et de développement construite sur une prise en compte du handicap comme une situation universelle et le handicap comme levier d’innovation sociale, technique et économique pour le territoire. Le projet poursuit plusieurs objectifs stratégiques : Développer l’Handicapowerment et le Patient Expert ; Développer un Territoire Inclusif pour tout citoyen en situation de handicap ; Développer des nouvelles solutions liées aux technologies numériques, à leurs usages et de nouveaux modèles organisationnels et économiques associés.

 

« HAPPI MONTANA : accélérateur d’innovation et de développement pour les massifs de montagne», association MACEO

Doter la France d’un accélérateur d’innovation et de développement d’envergure nationale pour les massifs de montagne. Les expérimentations tant sur le plan des transports, du tourisme que du numérique s’opéreront sur des territoires d’échelle différentes pour étudier les possibilités de duplication.

 

« InnoBioECO² : le triangle marnais, l’écosystème innovant par la bioéconomie », GIP InnoBioECO² (en cours de constitution)

Mobiliser toutes les forces politiques, économiques et sociétales locales pour transformer durablement le triangle marnais, en faire un territoire à bilan carbone positif et un puissant moteur d’attraction en s’appuyant sur un nouveau modèle de co-développement territorial et sur son excellence agricole, viticole et agroindustrielle dans la bioéconomie et l’agriculture du futur.

 

« L’industrie intégrée et (re)connectée à son territoire et ses habitants», Métropole de Lyon

Ambition de redéfinir les relations entre le tissu industriel de la métropole, son territoire et ses habitants pour développer une nouvelle industrie tournée vers l’avenir et contribuant a relever les défis des territoires durables et participatifs, en interaction avec la dynamique académique. La démarche s’incarne dans trois axes : La mutation de l’outil industriel et sa connexion au territoire, en termes de flux, d’écosystème et d’aménagement ; La transformation et la sécurisation des réseaux d’information ; La consolidation de l’environnement culturel et humain lie aux activités industrielles (compétences et médiation notamment).

 

« La santé en mouvements, une ambition partagée », Eurométropole de Strasbourg

Transformer la santé de la population en territoire urbain et rural, construire et démontrer à l’échelle d’un territoire l’impact d’un programme intégré de « gestion populationnelle de la santé » qui puisse être ensuite déployé à l’échelle nationale.

 

« Le Centre International d’Innovation des Territoires Intelligents », Métropole Nice Côte d’Azur et Université Côte d’Azur

Nice ambitionne de devenir le laboratoire de l’innovation numérique appliquée à la gestion des territoires à travers la création du Centre International d’Innovation des Territoires Intelligents (CIITI). Cet outil permettra d’atteindre les deux ambitions majeures de la Métropole et de l’Université Côte d’Azur : Inventer de nouvelles modalités de participation citoyenne ; Proposer un nouveau modèle de développement économique.

 

« LIT Ouest Territoires d’Elevage », INRA

Développer une initiative impliquant l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’éleveur au consommateur et au citoyen, pour améliorer les pratiques d’élevage et les rendre plus compatibles avec les enjeux de transition sociétale et les attentes des consommateurs. Au sein de trois territoires pilotes de Bretagne et Pays de la Loire seront co-développées des solutions innovantes structurées selon trois axes de progrès : Améliorer le bien-être des animaux (élevage, transport et abattage) et réduire les usages d’antibiotiques ; Reconquérir les marchés et créer de la valeur, notamment en regagnant la confiance des consommateurs via la traçabilité et la différenciation des produits animaux ; Reconquérir le citoyen et l’opinion par la co-construction, le dialogue et l’information.

 

« Littoral + », Conseil régional Occitanie

Trois territoires d’expérimentation (une cité balnéaire – golfe d’Aigues Mortes ; la lagune – bassin de Thau et le narbonnais ; la mer – parc naturel marin du golfe du Lion) pour construire des démonstrateurs d’espaces littoraux attractifs et pérennes, duplicables en France et à l’international. Cette ambition s’incarne en 3 objectifs transformants pour les habitants et usagers : La performance et la diversification de l’économie du littoral ; L’économie des ressources naturelles du littoral et la conservation du patrimoine naturel ; La résilience du littoral.

 

« Pour une urbanité numérique du droit à la ville », Etablissement public territorial de Plaine Commune

Sur le territoire de Plaine Commune, l’objectif est de définir et expérimenter des innovations inclusives, car construites à partir des enjeux spécifiques du territoire, avec comme ambition le développement individuel et collectif de ses citoyens. Ces innovations sont prescrites, expérimentées et validées par les habitants et sont déclinées à partir de trois objectifs structurants : Expérimenter des prototypes industriels sobres ; Animer des lieux et des réseaux de formation / capacitation ; Mettre en œuvre une expérience d’économie contributive.

 

« Mobilités intelligentes », Rennes Métropole

L’ambition est de positionner la métropole rennaise comme le laboratoire métropolitain français de référence en matière de mobilité intelligente. Le projet vise à développer un système de mobilité propre et innovant à travers un dispositif complet de soutien à l’innovation (optimisation des infrastructures existantes, fluidification des mobilités grâce au numérique, développement d’une mobilité servicielle, réflexions sur les avancées structurelles et comportementales etc.).

 

« Rouen Normandie mobilité intelligente pour tous : pour un système intégré de mobilité », Métropole Rouen Normandie

L’ambition du projet « Normandie Mobilité Intelligente pour tous » est de porter une transformation radicale de la façon de se déplacer sur le territoire. Le projet vise à mettre en place un système intégré de mobilité multimodale et décarbonée adressant les principaux axes de la transformation des mobilités : plus intelligente (véhicule autonome, mobility as a service) et plus propre (hydrogène), pour les passagers comme pour la logistique urbaine.

 

« Smart Port City – Vers un nouveau modèle de territoire urbain et industrialo-portuaire », Communauté d’agglomération havraise

L’ambition du projet « Smart Port City » est de construire un nouveau modèle urbain et industrialo-portuaire intégré. Le modèle intègrera les grandes problématiques inhérentes aux cités industrialo-portuaires :   La compétitivité des places portuaires et les enjeux numériques (Smart Port) ; La transition énergétique et écologique (pollution, gestion environnementale des ressources et économie circulaire) ; Le développement d’une place touristique, aménagement de l’interface ville – port.

 

« Terres de sources : Outil structurant pour développer une économie locale soutenable au service de la transformation du territoire », Collectivité Eau du bassin rennais

L’ambition est de développer une économie locale, en mobilisant les habitants et les acheteurs publics du bassin rennais pour les inciter à acheter les produits des exploitations agricoles s’engageant dans une démarche de progrès ambitieuse. Le dispositif repose sur le déploiement d’une innovation de dimension nationale et européenne qui consiste à affecter des marchés publics à des fournisseurs situés sur un territoire ciblé pour faire évoluer la durabilité de leur système de production.

 

« Transformation d’un écosystème industrialo-portuaire », Communauté Urbaine de Dunkerque

La CUD adresse la problématique de la dépendance à l’énergie carbonée. Elle ambitionne de développer un modèle original développement à la pointe de l’innovation et de la sobriété énergétique par : La diversification économique et le développement de nouvelles filières liées à l’énergie de demain ; Le développement de l’économie circulaire ; La sobriété énergétique etc.

 

« Transformation d’un territoire industriel – création d’un écosystème d’innovation et développement des green technologies », Pays de Montbéliard agglomération

Il s’agit ici de développer un modèle pour accompagner la mutation d’un territoire industriel vers le 4.0 en favorisant l’innovation via l’implantation d’un réseau d’open lab au sein des universités et sur plusieurs sites industriels. Cela devra permettre de favoriser le développement des écotechnologies et d’intensifier les coopérations entre les différents acteurs du territoire.

 

« Valence – Romans, d’un territoire de coopération à la dynamique d’innovation Start-up de territoire », groupe Archer

 

L’ambition du consortium est la création d’un nouveau modèle de développement économique et social en capitalisant sur la méthode « start-up de territoire ». Il s’agit de s’appuyer sur un décloisonnement public-privé pour : Proposer des moyens innovants et une nouvelle posture pour entreprendre ; Faire émerger des idées en mode collaboratif ; Animer et monter des chantiers d’envergure. Cette méthode innovante permettra de dynamiser le territoire et de renforcer son attractivité.

 

« Vers un littoral urbain zéro carbone français », Communauté d’agglomération de la Rochelle

En retravaillant la relation terre/océan, la communauté d’agglomération de la rochelle ambitionne de devenir le premier territoire urbain littoral français à afficher un bilan territorial « zéro carbone». Ce positionnement unique constituera le fer de lance d’un programme ambitieux de développement humain et urbain basé sur cinq axes : L’efficacité du bâti et des réseaux ; L’autoconsommation d’ENR multi-usages ; La mobilité douce et autonome en mode Maas (mobility as a service) ; L’écologie industrielle ; La préservation du littoral et des aires marines (carbone bleu).

 

 

Article précédent

Cybermenace : L’Intérieur présentera sa « feuille de route » avant juin

Articles suivants

Région AURA : Lancement de la plateforme de covoiturage (sans frais) MOV’ICI