Accueil»À la une»VAINCRE LA DEFIANCE ET LE PESSIMISME GENERALISES !

VAINCRE LA DEFIANCE ET LE PESSIMISME GENERALISES !

0
Partages
Pinterest Google+

Comme au début de chaque année nouvelle, nous voudrions que s’offrent à nous des perspectives d’espoir et que se succèdent les réussites pour chacun d’entre nous et pour notre pays.

            Je constate qu’avec 2019 se poursuit une ère de défiance et de pessimisme généralisés.

            Si je garde espoir, c’est que la France est une grande nation, un grand pays, une grande démocratie, qui a traversé, au cours de son histoire, de multiples épreuves et qu’elle s’est toujours relevée de ces épreuves.

            Faut-il parler des « Gilets Jaunes » comme d’une épreuve pour notre pays ? Evidemment, non. Je vois, au contraire, dans ce mouvement, une chance pour la France. Si le « vieux monde » se caractérisait par une lutte de classes entre le capital et le travail, le « nouveau monde » se caractérise par cette fracture entre le peuple et les élites.

            Bien entendu, les mots de « peuple » et « élites » restent abstraits et sont à préciser. Pour simplifier, le « peuple » représente cette France oubliée, périurbaine, celle des fins de mois difficiles, et les élites », tous ceux qui sont les gagnants de la mondialisation, cette France des grandes métropoles qui sait s’adapter au monde nouveau.

            Si les « Gilets Jaunes » sont une chance pour la France, c’est parce que les revendications sociales de cette France des « ronds-points » vont permettre de poser les bonnes questions sur le pouvoir d’achat, les salaires, l’accès aux services publics, la transition écologique, les formes de démocratie participative, etc.

            Le « Grand débat national » offre la possibilité à chacun d’entre nous de s’exprimer dans un cadre démocratique. Il ne s’agit pas de renverser le gouvernement, de demander la démission de Macron ou la dissolution de l’assemblée nationale. Il en résulterait une période de troubles et d’incertitudes dangereuse pour la démocratie.

            Parce que nous sommes gaullistes, nous croyons à la solidité de nos institutions, à la force de la Vè République. Les derniers sondages montrent que les Français font une différence entre des revendications sociales et de respiration démocratique qui sont légitimes et la violence insurrectionnelle d’une minorité.

            OUI AUX « GILETS JAUNES », NON A LA VIOLENCE INSURRECTIONNELLE ! L’ORDRE, C’EST LA DEMOCRATIE, LA REPUBLIQUE, C’EST L’ORDRE !

            Pour moi, ce « Grand Débat national » qui s’ouvre ne doit pas conduire à gagner du temps ou à mettre sous le tapis les dysfonctionnements d’un ordre économique et social injuste. En même temps, doivent être prise des mesures immédiates, concrètes, sur le pouvoir d’achat.

            Je fais mienne l’expression camusienne, qui pourrait être aussi une expression gaullienne, de « réformisme radical » pour transformer la France. C’est ce que de Gaulle avait su faire dans les années 60, sans sombrer dans les pièges du vieux capitalisme ou de la glaciation socialiste.

            C’est dans cet élan gaullien d’un « réformisme radical » que nous parviendrons à vaincre cette défiance et ce pessimisme généralisés.

                                                                                                          Marc FRAYSSE

Article précédent

CRISE DES INSTITUTIONS ET DE LA REPRESENTATION PARLEMENTAIRE ?

Articles suivants

POLITIQUE LA REPUBLIQUE ET LA DEMOCRATIE AU DEFI DES « GILETS JAUNES » ?